Le Journal de Maison Matisse

Le Journal de
Maison Matisse

 

Les savoir-faire
de la collection 1869

La collection pour les 150 ans d'Henri Matisse se compose principalement de vases en faïence

Faïence

Mêlant deux types d'argile, tendre et poreuse, la faïence n'est pas une céramique comme les autres. Sa pâte, légère quelle que soit la taille de la pièce, peut être modelée par coulage ou tournage, et ses imperfections sont éliminées à l'aide d'outils de différentes formes.

Cuite, elle devient un biscuit affichant un aspect mat, assez perméable et poreux pour recevoir un décor. Pinceau, aérographe, décalcomanie : celui-ci peut être appliqué de plusieurs façons, la cuisson basse température de la faïence – à la différence de la porcelaine ou du grès - lui permettant de réaliser une grande variété d'ornementations et d'afficher des émaux plus vifs et colorés.

À noter : on appelle décor de « grand feu » un décor peint sur l'émail cru et cuit à 900° C environ. Appliqué sur un émail cuit à basse température, entre 650 et 730° C, il est appelé décor de « petit feu. »

Le coulage a été utilisé pour les vases de designer de Maison Matisse

Coulage

Procédé apparu à la fin du XVIIIe siècle, le coulage sert à fabriquer des pièces d'une très faible épaisseur ou de très grandes dimensions.

Il est effectué après la fabrication et le séchage d'un moule en plâtre. Celui-ci est alors rempli de pâte liquide, la porosité du plâtre lui permettant d'absorber l'eau contenue dans la pâte et de la fixer contre les parois du moule. S'enchaînent ensuite le temps de prise - durant lequel l'excédent de liquide est évacué via un orifice spécifique – et le démoulage de la pièce.

Une opération pouvant être répétée plusieurs fois, suivant l'épaisseur recherchée.

Utilisation de l'aérographe pour les vases de la collection 150 ans de Maison Matisse

Aérographe

L'aérographe permet d'appliquer des engobes – soit de fines couches de terre décoratives – ou un émail lisse et régulier sur une céramique.

Coloré ou transparent, l'émail liquide est placé à l'intérieur du pulvérisateur avant d'être vaporisé sur la pièce à la main. Simple en apparence, cette technique peut se révéler très complexe lorsque la pièce décorée est composée de couleurs différentes.

Il faut alors la préparer en masquant certaines parties, appliquer la bonne quantité de liquide pour éviter les coulures ou le manque de densité et finir les contours du décor au pinceau.

La décalcomanie a été utilisée pour les vases de Maison Matisse

Décalcomanie

Multiples possibilités de décors, couleurs très vives : l'emploi de la décalcomanie permet de nombreuses choses et repose sur le principe du transfert. Une technique qui consiste à imprimer les dessins sur un fond blanc pour mieux faire ressortir les couleurs.

Un vernis est ensuite appliqué sur ce transfert pour augmenter sa souplesse et sa capacité d'adaptation à différentes surfaces. Puis, le transfert est trempé dans l'eau afin de dissoudre la colle et favoriser l'application des dessins. Ce processus, réalisé à la main, demande une grande attention et minutie afin d'obtenir un résultat irréprochable. Commence après une phase décisive : la cuisson.

Entre haute-température (environ 900° C) et longue durée (au moins 15 heures), elle permet aux dessins de se fondre dans la céramique pour mieux créer un corps aussi unique que compact. La pièce concernée résistera ainsi beaucoup mieux aux assauts du temps.